<
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rechercher

Catégories

12 octobre 2011 3 12 /10 /octobre /2011 18:42

IS686-002

 

Le diagnostic de l'hyperactivité repose sur l'évaluation de plusieurs critères :

 

- l'enfant a du mal à se concentrer ou se déconcentre vite,

-  ne prête pas attention à ce qu'on lui dit,

- n'arrive pas à faire correctement  ce qui l'entreprend,

- parle souvent et bouge beaucoup les bras et les jambes,

court partout et parfois dans des lieux inappropriés,

est impatient et ne supporte pas les frustrations,

coupe la parole et impose sa présence dans les conversations.

n'arrive pas à jouer tranquillement.

 

En résumé, l'hyperactivité repose sur de l'impatience et impulsivité, des troubles de l'attention, et de l'agitation motrice exagérée.

 

Les causes peuvent être physiques, psychologiques ou de déficits nutritionnels et micro-nutritionnels et implique un trouble de la synthèse de la dopamine* ou de la transmission des voies dopaminergiques. 

(Dopamine : neurotransmetteur cérébral)

 

 

Nous allons nous consacrer aux déficits nutritionnels et micro-nutritionnels :

 

Le magnésium: il régule la transmission de l'influx nerveux et la libération des neurotransmetteurs au niveau cérébral. La carence entraîne une hyperexcitabilité des cellules. Ce déficit peut être lié à un apport alimentaire insuffisant ou une élimination importante au niveau rénal à cause du stress.

Une alimentation enrichie en magnesium et une  complémentation en magnésium marin permet d'améliorer les troubles du comportement, la concentration, les insomnies la fatigue et l'anxiété.

 

Le fer : il est un élément nécessaire à la bonne synthèse des neurotransmetteurs, la concentration, le tonus physique et psychique ainsi que l'immunité.

Les carences vont être plus importantes chez les enfants mangent peu ou pas de viande, de poisson, des légumineuses.

La complémentation en fer ne peut se faire que sur le résultat de la ferritine

 

L'iode : chez l'enfant, la carence en iode peut affecter les performances intellectuelles et provoquait le dysfonctionnement de la thyroïde.

l'apport d'iode sous forme naturelle peut se faire qu'après dosage urinaire de la Iodurie.

On retrouvera l'iode dans les poissons, les crustacés, les algues.

 

Les omega 3 : Les acides gras poly-insaturés ont leurs rôles à jouer dans le comportement de l'enfant, l'apprentissage et la concentration, hyper-activité et sur l'humeur.

Les déficits en oméga peuvent être responsable de l'inadaptation d'un enfant.

On les trouve dans les poissons gras type : sardine, maquereau, saumon sauvage mais aussi les huiles (colza, cameline, noix...) 1 C/S par jour minimum.

 

La tyrosine : acide aminé essentiel pour la synthèse de la dopamine. Ce neurotransmetteur agit comme un starter pour avoir l'envie de se lever, trouver la motivation au quotidien. Il permet la concentration et la mémorisation.

Cet acide aminé se trouve surtout dans les protéines animales ou en complément.

Il est important de valoriser le petit déjeuner de l'enfant en proposant fromage, oeuf, jambon, yaourt le matin.

 

Dernière chose: les intolérances alimentaires et les troubles intestinaux chroniques chez l'enfant peuvent participer à la non assimilation de ces micro-nutriments ou la destruction de la tyrosine.

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Christelle DALLERAC - dans conseils naturels
commenter cet article

commentaires